logo
O Grupo de Investigação, Formação e Ação para o Desenvolvimento (GIFAD) é uma organização não governamental, sem fins lucrativos e com sede no Rio de Janeiro.

Home > Sumário > Publicações > Documentos para discussão > dd_30513
Documentos para Discussão
No. 3, mai. 2013
Irrégularité et precarité de l´approvisionnement de l'eau pour l'usage domestique à Bel-Air1

André Yves Cribb2

Grupo de Investigação, Formação e Ação para o Desenvolvimento

Citação Correta:
CRIBB, A. Y. Irrégularité et precarité de l´approvisionnement de l'eau pour l'usage domestique à Bel-Air. Documentos para Discussão, No. 3, mai. 2013. Rio de Janeiro: GIFAD. Disponível em: http://www.gifad.org.br/publicacoes/docdisc/dd_30513.htm. Acesso em: .

Examen du toit
André Yves Cribb, lors de l´examen d´un toit d´une église évangélique pour le captage de l´eau de pluie à Bel-Air, en 2007.

L'eau, destinée à l´usage domestique et fournie par la Centrale Autonome Métropolitaine d'Eau Potable (CAMEP) à Bel-Air / Haïti, est gérée d´une manière irrégulière et dans un système d´adduction précaire, selon les résultats de la recherche entreprise par une equipe de chercheurs du Viva Rio, de l´Entreprise Brésilienne de Recherche Agricole (EMBRAPA) et de la Compagnie d'État d´Eaux Potables et Usées de Rio de Janeiro (CEDAE). De tels résultats constituent l'objet du rapport du voyage effectué en Haïti par cette équipe dans la période de 13 à 30 Juin 2007.

Bel-Air est un quartier de Port-au-Prince, la capitale d'Haïti. Habité par une population à faible revenu, il est principalement caractérisé par l´insatisfaction des besoins fondamentaux tels que l´alimentation, le logement et l'assainissement. La fréquence de l'approvisionnement en eau pour l´usage domestique dans le quartier est chaotique. En général, l'eau vient une fois par semaine et sa livraison dure environ une heure. Parfois, l'eau vient une fois en quinze jours avec la même durée de livraison.

Peu de familles ont l´accès domiciliaire à l'eau au moyen de leurs propres robinets. Même avec un tel accès, la plupart d'entre elles ne possède pas de récipients suffisamment grands pour recueillir et stocker le volume d'eau correspondant à leurs besoins. Par ailleurs, le temps d'une heure ne suffit pas pour la collecte de l'eau nécessaire à une famille de cinq personnes en moyenne. Les rares familles qui ont des citernes domestiques reçoivent de l'eau de la CAMEP et aussi l´achètent auprès d´entreprises fournisseuses pour la revendre par gallon ou par bokit (seau d´environ cinq gallons).

La grande majorité des familles est privée de systèmes de réception domiciliaire d´eau et obligée d´acheter celle-ci em des points de vente par bokit ou gallon. Ces points sont les citernes domestiques de quelques rares familles et les kiosques gérés par des associations de quartier. Il convient de savoir qu´un kiosque a une capacité de 3200 gallons d'eau en moyenne.

Le prix de l'eau varie en fonction de la catégorie de fournisseurs. Dans les kiosques, le prix moyen est de 1,00 Gde / bokit et Gde 0,25 / gallon, tandis que dans les citernes domestiques, il s'élève à 5,00 Gde / bokit et 1.20 Gde / gallon. Il est bon de savoir que la gourde, la monnaie d´Haïti, équivaut à environ 0,06 real (monnaie du Brésil).

Dans une perspective plus large, adoptée par Viva Rio dans la planification et l'exécution de ses activités socio-économiques, la région, appelée “Bel-Air”, regroupe quatre quartiers: Solino, Delmas 2, Bel-Air (proprement dit) et Fort-Trou-Rond. Chaque quartier comprend plusieurs localités ou rues. La region de Bel-Air a une configuration caractérisée par une pente qui va de Solino à Fort-Trou-Rond, le premier étant à une altitude plus élevée. En raison de cette configuration, elle est alimentée par deux systèmes de distribution d'eau: Nord-Alexis et Nazon. Chaque système a un réservoir principal qui distribue de l'eau à des localités ou des rues.

Le nom du premier système est un hommage au Président Nord Alexis-qui a gouverné Haïti au cours de la période 1902-1908. Ce système fournit de l'eau aux localités qui se trouvent dans des endroits de plus basse altitude. Dans le second cas, le nom est dû à l'emplacement de son réservoir qui se trouve dans le quartier de Nazon. Les localités qui reçoivent l'eau de ce système sont à des niveaux de plus haute altitude.

Le réservoir du système Nord-Alexis a une capacité de 508.000 gallons et se trouve à côté de l'église Notre-Dame du Perpétuel Secours, patronne de la région de Bel-Air. Il fournit de l'eau à différentes localités ou rues comme Haut Bel-Air, Rue Pavée, La Saline, Rue Baugelas, Delmas 2 et Place Lapaix. Dans ce système, les kiosques se trouvent respectivement dans les points suivants: à côté de la cathédrale, à côté de l'église du Perpétuel Secours, Rue des Remparts, Rue St-Martin, à côté de la Place de la Paix et Rue Sans-Fil.

Le système Nazon a une capacité beaucoup plus grande. Son gérant pense qu´il est de cinq à sept fois plus grand que le système Nord-Alexis. Parmi les localités bénéficiaires du système Nazon, s´insèrent Ti Cheri, Cité Marc et Solino. Les kiosques de ce système sont situés à l'entrée du Terrain de Football de Solino et à la Rue St Martin Prolongée (Bloc Cité Marc).

Dans les deux systèmes, la précarité de la distribution de l'eau est notoire. Selon les déclarations des responsables de points de vente, l'eau vient souvent avec de la paille et d'autres particules. L'explication généralement donnée est qu'il y a beaucoup de branchements illégaux le long du système d'adduction d'eau. Ce sont des points où des corps étrangers peuvent pénétrer dans le système de canalisation d'eau. Quand il pleut, il y a la pénétration d´impuretés et de polluants dans les tuyaux qui transportent l'eau. Une observation de plusieurs résidents est que l´eau arrive avec une odeur désagréable lorsque les tuyaux demeurent secs pendant plusieurs jours.

La CAMEP est responsable du traitement et distribution d'eau à Port-au-Prince et, par conséquent, au quartier de Bel-Air. Mais, sa performance ne correspond pas de manière appropriée aux demandes du quartier. L'assistance technique est presque inexistante. Quand il y a des problèmes de plomberie, les résidents ne peuvent pas trouver un support technique. Selon des résidents interrogés, CAMEP se plaint de ce que les recettes perçues à Bel-Air sont modiques et refuse de faire des réparations dans les systèmes de distribution d'eau.

La nécessité de définir de nouvelles stratégies de production et de distribution de l'eau est l'un des justificatifs du Projet de Réhabilitation de Bel-Air, communément connu sous le nom “Honneur et Respect pour Bel-Air" et mis en œuvre sous la coordination de Viva Rio . Dans sa version initiale, le projet a eu l´objectif de fouiller 40 puits à Bel-Air. La stratégie était de créer un système de production et de distribution d'eau pour l´usage domestique à Bel-Air avec la participation directe des résidents des localités. Au cours de la phase d´exécution des travaux, le Viva Rio a orienté ses actions vers l'utilisation des eaux de pluie et des eaux souterraines. Em relation à l'eau de pluie, ont été réalisées des activités de construction de citernes dans des lieux fréquentés par un grand nombre de personnes, comme les églises et les écoles. Mais, quant aux potentialités souterraines, les études physico-chimiques révèlent que l'eau est salée et polluée et, par conséquent, le coût de son utilisation serait élevé. Comme le volume annuel des précipitations attendues ne suffit pas pour répondre aux besoins des communautés de la zone du projet, le Viva Rio est toujours à la recherche d'alternatives.

Inspiré des préoccupations de Viva Rio, l'objectif de la recherche a été d'étudier la disponibilité et l'accessibilité de l'eau pour l'usage domestique à Bel-Air. L'irrégularité et la précarité du système d'approvisionnement en eau ne sont devenues prononcées qu´après 2003. De nombreux résidents consultés estiment que la crise politique, vécue par Haiti au cours des quatre dernières années, est la cause principale de cette situation lamentable.

La recherche vient de l'idée que les changements dans le système actuel d'approvisionnement en eau à Bel-Air peuvent aider à améliorer sa disponibilité et son accessibilité. Em ce sens, il a été décidé de diagnostiquer ce système. Des entrevues ont eu lieu avec les résidents du quartier. L´ensemble de ces informateurs a été composé de leaders communautaires, de membres des comités de gestion de points de vente, de membres de l'association de ces comités et d´acheteurs de l'eau. Ces derniers ont été abordés exactement au moment des achats. Cela a facilité le croisement de données et d'informations émises par les vendeurs et les acheteurs de l'eau. Parallèlement, il y a eu des réunions avec des fonctionnaires de la CAMEP et des experts en gestion de l'eau. Outre les entrevues, il y a eu des observations directes dans les localités, en particulier dans les endroits où se trouvent des citernes domestiques et des kiosques de vente d'eau.

Les résultats ont clairement montré l'irrégularité et la précarité du système de distribution de l'eau pour l´usage domestique à Bel-Air. L'eau est fournie de façon imprévisible et sa qualité laisse à désirer. Des risques de contamination de l'eau sont évidents, menaçant la santé publique à Bel-Air. Il est donc nécessaire de définir et mettre en œuvre de nouvelles stratégies pour faire face aux failles de ce système.

Bibliografia

CRIBB, A. Y. Diagnóstico preliminar do fornecimento da água de uso doméstico em Bel-Air / Haiti, Rio de Janeiro: Viva Rio, 2007.

NOTES

1 Ce texte est un résumé du rapport de voyage "Diagnostic préliminaire de l´approvisionnement de l´eau à des fins d´usage domestique à Bel-Air / Haïti”, écrit en portugais par le Dr. André Yves Cribb.

2 Para entrar em contato com o autor, clique aqui.



Em caso de dúvidas ou sugestões, clique aqui
Copyright: GIFAD